« Arménie, mon amour »

Extrait de l’article du « Figaro Magazine » en date du 21 février 2009

Depuis près d’un siècle, la Turquie s’acharne à nier le génocide arménien.
Cinq auteurs, en autant de genres, reviennent sur ce qu’ils considèrent, eux, comme une évidence.

Sébastien de Courtois. Périple en Turquie chrétienne, Presses de la Renaissance, 276 p., 18.50 €
Taner Akçam. Un acte honteux, Denoël, traduit de l’anglais par Odile Demange, 491 p., 25 €
Gilbert Sinoué. Erevan, Flammarion, 350 p., 21 €
Georges Kevorkian. La flotte française au secours des Arméniens, Marines Editions, 127 p., 29 €
Paolo Cossi. Medz Yeghern, le grand mal, traduit de l’italien par Claudia Migliaccio, Dargaud, 144 p., 9.50 €

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s