Karabakh / Artsakh

Haut-Karabakh : le patrimoine culturel arménien menacé

Depuis la fin du conflit, le 9 novembre 2020, Erevan et Bakou ne cessent de s’accuser l’un l’autre de la destruction de monuments

Article de Faustine Vincent dans Le Monde du 28 avril 2021

« Détruire les monuments arméniens
vise à garantir qu’il n’y aura
aucune présence arménienne
sur ces terres à l’avenir »
SIMON MAGHAKYAN
chercheur


Chrétiens Orientaux – TV A2 – 29 nov 2020 – Le devenir du patrimoine arménien de L’ArtsakhClaude Mutafian

Claude Mutafian
Historien
Vidéo

Après le drame de la guerre, une partie du patrimoine religieux arménien de l’Artsakh (Haut Karabagh) est située désormais dans des régions sous contrôle de l’Azerbadjian. Ces monastères, cathédrales, églises sont des trésors de l’âme arménienne. Que vont devenir la Cathédrale de Chouchi, le superbe monastère de Dadivnak, celui d’Amaras, celui des 3 enfants et tant d’autres églises ?


Les bases historiques de la question du Haut-Karabagh par Claude Mutafian

Claude Mutafian, Docteur en Histoire
version modifiée d’un article AOC
novembre 2020

Les événements récents du Haut-Karabagh ont trop souvent donné lieu à des interprétations prétendument ‘équilibrées’, comme un jeu de ping-pong, selon le schéma suivant : les Arméniens avaient en 1994 vaincu les Azéris et les avaient expulsés des territoires conquis, mais en 2020 eut lieu le classique ‘retour de balancier’.
Lire la suite…


« l’Arménie, pays chrétien dans la tourmente : regard historique et témoignage de terrain »

Visio-conférence du 16 décembre 2020 avec Claude Mutafian
1ère Partie
2ème Partie

Visio-conférence du 16 décembre 2020 avec Claude Mutafian et des intervenants en Arménie, dont la journaliste Eglantine qui était accompagnée à Gyumri par Catherine Lesimple


Entre Bakou et Erevan, la bataille des sites chrétiens

Une cuisante défaite militaire a contraint les Arméniens séparatistes du Haut Karabakh à rendre à l’Azerbaïdjan plusieurs districts lors de l’accord tripartite du 9 novembre, dont le Kelbadjar, où se situe le monastère, l’un des principaux symboles du patrimoine arménien, construit à flanc de montagne entre les IXe et XIIIe siècles.
Lire la suite…


Haut-Karabakh : deux enfants dans la guerre
ARTE Reportage

Voir le replay sur ARTE
jusqu’au 06/12/2023

Tourné entre janvier et novembre 2020, le reportage suit la vie de ces deux petits garçons de Talish, village de montagne qui tentait, dans l’ombre d’un conflit oublié, de reprendre vie. Après avoir déjà été bombardé en 2016 et connu quatre années d’exil, les enfants et leurs familles venaient de se réinstaller au village dans de nouvelles maisons. 

Mais Talish se situe à quelques kilomètres de la frontière avec l’Azerbaïdjan. La guerre éclate fin septembre, le village est bombardé et conquis par les forces azerbaïdjanaises.

Dans les pas des deux copains de classe et dans ceux de leurs parents, se dessine la trajectoire de ces vies bouleversées en l’espace de quelques mois. Les femmes et les enfants fuient en direction d’Erevan où ils trouvent refuge avec d’autres dizaines de milliers d’exilés. Les hommes, eux, partent sur le front. Samvel et Avo commencent leur jeune vie avec le poids de cet héritage et des espoirs broyés.


Guerre et patrimoine : Nouvelles menaces sur les trésors arméniens du Haut-Karabagh par Jean-Garabed Mercier

Deux articles intéressants sur le patrimoine arménien du Karabagh
Tome 1
Tome 2


Article de Paul Tavignot dans le Monde du 30 déc 2020 « A Choucha, cité meurtrie du Haut Karabakh » (voir l’article) et le commentaire très critique de Claude Mutafian (ci-dessous)

Claude Mutafian
Au Courrier des lecteurs du ‘Monde’

Madame, Monsieur,
Il y a plusieurs importants oublis et erreurs dans l’article de M. Paul Tavignot sur ‘Choucha’ (Le Monde, 30.12.20, p. 2). Plutôt qu’en faire la liste, je préfère insister sur deux points.
– Chouchi a longtemps été, particulièrement au XIXe siècle, l’une des principales villes de Transcaucasie et l’un des phares de la culture arménienne. Une imprimerie y fut fondée en 1827 – la deuxième hors de la diaspora -, les écoles proliférèrent, ainsi que la presse périodique, née en 1874, qui produisit 18 titres jusqu’en 1920. Une intense activité théâtrale se développa dès 1865, et en 1898 on y jouait ‘L’Avare’ en arménien.
– L’auteur parle de ‘massacres mutuels’ pour la guerre arméno-tatare de 1905, ce qui est vrai, mais il passe totalement sous silence l’évènement le plus important, le massacre à grande échelle des Arméniens par les Azéris en mars 1920, qui fit plus de 20000 victimes et détruisit entièrement le quartier arménien de Chouchi, comme le rappellera en 1936 le dirigeant géorgien Ordjonikidzé, peu suspect d’arménophilie (voir pièce jointe). La ville passa de plus de 25000 habitants fin XIXe siècle à moins de 7000 en 1923, et seuls 2 titres de presse en arménien y parurent durant l’époque soviétique.
Dans ces conditions, écrire que « un mouvement de balancier a rendu la ville aux Azerbaïdjanais » est un pur contresens historique.

Bien à vous
Claude Mutafian  


En Arménie, colère après l’accord de cessez-le-feu au Haut-Karabakh
Le Monde avec AFP le 11 nov 2020

Le Haut-Karabakh le 10 nov 2020 au moment du cessez-le-feu avec en rouge les deux corridors dont celui du sud reliant l’Azerbaïdjan au Nakhitchevan
Corridor du sud (le long de la frontière de l’Iran) reliant l’Azerbaïdjan au Nakhitchevan
En rouge la route nord-sud pour aller en Iran
Le rapport des forces était éloquent > https://www.nouvelhay.com/

L’étau se resserre sur Stepanakert la « capitale » du Haut-Karabakh
Le monde du 6 nov 2020

Carte de Claude Mutafian

Haut-Karabakh : la Russie envoie ses forces de paix après l’accord de cessez-le-feu
Vidéo sur France24 le 11 nov 2020
Récit d’Antoine Mariotti

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est image-25.png

La Turquie a désormais un accès direct vers Bakou par la création d’un corridor au sud de l’Arménie reliant l’Azerbaïdjan au Nakhitchevan


Haut-Karabakh : à Fizouli, abandonnée depuis 1993, l’Azerbaïdjan reprend possession de ruines et de bunkers
Le Monde du 12 nov 2020
Paul Tavignot


The Karabakh war is over. The crisis is not. What comes next?

Five main mysteries of the second Karabakh war
by Evgenii Krutikov
November 12, 2020

The Karabakh war is over.  The crisis is not.  What comes next?

Lire l’article en anglais sur le site The Saker
Télécharger sur notre Blog
Lire l’original publié sur the Russian webzine Vzgliad


Cartographie
La diaspora arménienne en un coup d’œil
Courrier International 12/12/2020

Fenêtre sur le monde. Le réveil de la Turquie.
Émission avec Christian Makarian et Tigrane Yégavian.
Conflits – 24 nov 2020

2020 10 07 Arte ULDG
Tigrane Yégavian
Erdogan au cœur du conflit entre Arméniens et Azéris

Depuis la fin du mois de septembre, l’Arménie et l’Azerbaïdjan s’affrontent dans des combats meurtriers. Drones, chars, armes anti-aériennes, bombardement de cibles civiles : le différend qui oppose les deux pays depuis de nombreuses années ressemble de plus en plus à une véritable guerre. C’est le contentieux autour de la question du Haut-Karabagh qui a précipité le conflit. Cette zone montagneuse à majorité arménienne enclavée en plein Azerbaïdjan cristallise en effet les tensions entre les deux États. Mais comment le Haut-Karabagh a-t-il hérité d’une situation géographique si particulière ? Pourquoi l’Arménie et l’Azerbaïdjan entretiennent des relations aussi conflictuelles ? Quel est le rôle joué par les puissances régionales turque, russe et iranienne dans les événements actuels ? Doit-on encore craindre une aggravation de la situation ?
Pour répondre à toutes ces questions, Émilie Aubry s’entretient avec Tigrane Yégavian. Chercheur et journaliste, il a consacré de nombreuses publications à cette région du monde. Il est notamment l’auteur de “Arménie : à l’ombre de la montagne sacrée” paru dans la collection “L’Âme des Peuples”.

Se tenir au courant de l’actualité sur le Haut-Karabagh en évitant les fakenews

Attention beaucoup de fausses nouvelles circulent sur le Net

Nous vous recommandons
les posts de Krikor Armirzayan ou YerkirEurope,
ceux de Séda Mavian 
et surtout d’aller sur http://www.armenews.com