Entre Bakou et Erevan, la bataille des sites chrétiens

Le Monde – Jeudi 7 Janvier 2021

L’archimandrite Gabriel devant le monastère de Dadivank, dans le Kelbadjar, le 21 décembre 2020. Laurence Geai pour « LE MONDE »

Merci aux frères russes, c’est grâce à nos frères russes que nous sommes en sécurité et que nous avons gardé le monastère. L’archimandrite Gabriel, 44 ans, ne manque pas une occasion de répéter cette antienne. Cet homme à la voix douce, à l’esprit vif et aux gestes harmonieux est un diplomate aguerri. C’est à lui que le clergé a confié le sort très incertain de Dadivank, un monastère véritable îlot arménien en terre azerbaïdjanaise.

Une cuisante défaite militaire a contraint les Arméniens séparatistes du Haut Karabakh à rendre à l’Azerbaïdjan plusieurs districts lors de l’accord tripartite du 9 novembre, dont le Kelbadjar, où se situe le monastère, l’un des principaux symboles du patrimoine arménien, construit à flanc de montagne entre les IXe et XIIIe siècles.

Lire la suite…
Et aussi le lien http://aefarmenie.fr/evenements.php sur le patrimoine arménien en danger