Après la mort d’Arsène Tchakarian, c’est à nous de transmettre les valeurs antifascistes des résistants du groupe Manouchian

Les premiers à résister pour la France, patrie des droits de l’homme, ont été des immigrés. C’est l’histoire du groupe Manouchian et d’Arsène Tchakarian.

Article de Robert Guédiguian sur www.huffingtonpost.fr/robert-guediguian/Tchakarian

Arsène Tchakarian était le dernier membre encore en vie du groupe Manouchian, un groupe de jeunes résistants immigrés, presque tous fusillés par les nazis en février 1944. Il est mort le 4 août dernier à l’âge de 101 ans à Vitry-sur-Seine. Il a toute sa vie raconté l’histoire et défendu la mémoire de ses compagnons résistants. La lettre laissée par Missak Manouchian à sa femme Mélinée inspirera à Louis Aragon le poème « Strophes pour se souvenir », devenu la chanson « L’Affiche rouge » de Léo Ferré.