Histoire de l’Eglise Apostolique Arménienne

Selon la Tradition de l’Eglise Arménienne, la première évangélisation de l’Arménie a été faite par les apôtres Saint Thaddée et Barthélémy.

duo 301212

La Royaume d’Arménie fut la première Nation au monde a adopter officiellement le christianisme en 301. Saint Grégoire l’Illuminateur baptisa le roi Tiridate et les membres de sa cour (après avoir été lui-même persécuté et emprisonné dans une fosse profonde. Le roi était tombé malade. Sa sœur eut une vision de mettre fin aux persécutions des chrétiens. Tiridate libéra Grégoire, et le guérit de son mal. Tiridate se convertit alors au christianisme.

Saint Grégoire est nommé l’illuminateur (celui qui a apporté la lumière du Christ au peuple). Il fut le premier Catholicos.

La Tradition de l’Eglise relate la vision de St Grégoire, du Christ frappant la terre d’un marteau faisant jaillir une église surmontée d’une Croix. Avec l’aide du roi, il fit bâtir cet édifice à Etchmiadzine ce qui veut dire « le monogène est descendu ». Véritable lieu Saint de l’Eglise arménienne, la Cathédrale est le siège du Catholicos.

L’Arménie est une terre Biblique, puisque situé aux sources du Tigre et de l’Euphrate (deux des quatre fleuves sortant de l’Eden), le plateau arménien est considéré comme une localisation possible du Paradis Terrestre. Le Mont Ararat, aurait également accueilli l’Arche de Noé qui s’échoua après le déluge.

L’Eglise Arménienne accepte les conclusions des trois premiers conciles de l’Eglise Universelle : Nicée, Constantinople et Ephèse. Pour des raisons politiques, elle ne participe pas au Concile de Chalcédoine (451) et rejette ses conclusions sur la double nature du Christ : humaine et divine. Cependant, on ne peut pas dire que l’Eglise arménienne est monophysite. Elle est miaphysite. Rejetant la formule de Chalcédoine, elle adhère à la doctrine issue de la christologie de Cyrille d’Alexandrie, le miaphysisme. Sa doctrine est fixée en 726 au synode de Manazkert : « L’unique nature du Verbe de Dieu s’est faite homme, en prenant une chair corruptible et mortelle, comparable à celle d’Adam après la chute ; mais, par le feu de sa divinité, le Verbe a rendu cette chair immortelle et incorruptible, comme celle du premier homme au paradis. En conséquence, le Christ est naturellement impassible. S’il est mort sur la croix, après avoir souffert, ce n’est pas l’effet de sa nature, mais la décision de sa volonté, en vue de notre salut. »

L’une des expressions les plus notables de la spécificité arménienne est la date, et la forme, de la fête de Noël. En effet, l’Eglise Arménienne est la seule à avoir conservé la date et l’usage antique de célébration de la naissance et la Théophanie (baptême du Christ) le même jour, c’est-à-dire le 6 janvier. A la fin  de la Messe de Noël, le prêtre bénit les eaux et célèbre le baptême du Christ. Montrant ainsi que les deux natures du Christ sont liées.

Un alphabet créé pour traduire les Ecritures Saintes

L’arménien n’était qu’une langue parlée au IVe siècle, pour lire ou proclamer les Saintes Ecritures, les prêtres devaient lire et traduire un texte en syriaque ou en grec. C’est pourquoi afin que le peuple arménien tout entier puisse lire directement la Parole de Dieu, à la demande du Catholicos Saint Sahag, Saint Mesrob composa en 405, un alphabet de 36 lettres correspondant aux sons de la langue arménienne. Cet alphabet n’est utilisé que par les arméniens.

Dans les manuscrits arméniens, on peut découvrir de très belles miniatures et enluminures (ce qui contraste avec l’intérieur des églises qui sont très dépouillées).

cathedrale st jacques petit

Un rite spécifique pour la Messe

La Messe est célébrée en arménien ancien (Krapar). L’Eglise est séparée en deux zones : le chœur qui est considéré comme le lieu sacré (le monde céleste) – l’autel est surélevé par plusieurs marches -, et la nef de l’Eglise qui est considérée comme le monde terrestre. Au cours de la liturgie, le célébrant fait mémoire de la vie terrestre du Christ en descendant de l’Autel et en faisant le tour de l’église. Les fidèles embrassent la croix qu’il présente en signe de vénération.

Le texte de la Divine Liturgie dérive en partie de la Liturgie de Saint Basile auxquels s’ajoutent des emprunts à la Liturgie de Saint Jean Chrysostome, avec des additions purement arméniennes (dont celles de St Grégoire de Narek).

Une spécificité notable est que le prêtre célèbre avec du vin rouge sans ajouter d’eau.

Le Christ n’est pas habituellement représenté en croix (sauf lors de la commémoration du Vendredi Saint). La Croix est pour les Arméniens l’instrument de la renaissance, celui qui donne la vie, le passage vers la Résurrection du Christ. C’est pourquoi sur les moments en pierre, les croix (khatchkar) ont des racines et des bourgeons qui poussent à ses extrémités.

Le clergé est composé de prêtres mariés et de prêtres célibataires (moines).

Un peuple chrétien depuis 301

L’Eglise pour le peuple arménien est considérée comme le pilier d’unité de la Nation qui a subi les persécutions et les exodes à travers les siècles.

L’Arménie a été jadis bien plus étendue qu’aujourd’hui. Et a toujours dû se défendre contre les voisins. Pris en étau entre les empires russe et perse (XVIIIe siècle), les Arméniens ont souffert, perdu des territoires, connu des déportations en Perse (l’Iran d’aujourd’hui). De la rivalité au XIXe siècle entre les Empires russe et ottoman (Turquie actuelle), les Arméniens ont à nouveau souffert, perdu des territoires et subi des massacres.

Les Arméniens ont toujours été fidèles à leur Foi, malgré les attaques guerrières ou politiques menées contre la Nation et le Peuple. Une des batailles les plus mémorables a été celle d’Avaraïr en 451. Où l’armée des princes arméniens conduite par celui qui deviendra Saint Vartan, a été écrasée par l’armée perse et ses éléphants. Mais la bataille est si coûteuse pour les perses, que le roi Yazdgard est impressionné par la force intérieure des Arméniens, leur laisse pratiquer leur culte et ne leur impose pas le zoroastrisme.

Le génocide de 1915 (en territoire de la Turquie actuelle) a fait plus d’un million et demi de victimes parmi les deux millions deux cent mille Arméniens que comptait l’Empire ottoman. Les rescapés arméniens ont été obligés de quitter leurs terres ancestrales pour d’autres pays au Moyen-Orient ou en Occident.

Après la victoire soviétique et l’inclusion de la République l’Arménie dans l’URSS, l’Église arménienne subit le choc de la soviétisation dans la partie nord de l’Arménie et dans ses diocèses de l’ancien Empire russe. Cette double tragédie du génocide dans l’Empire ottoman et la soviétisation en Arménie russe aura en fin de compte entraîné la destruction de près de 800 monastères et de plus de 5 000 églises, d’un réseau d’écoles et de lycées et l’anéantissement quasi total du clergé arménien. Sous Staline, le clergé a été systématiquement éliminé, jusqu’au catholicos Khoren Ier, assassiné en 1938.

k2 eta1

Organisation de l’Eglise

L’Église arménienne comprend quatre sièges : deux catholicossats autonomes et deux patriarcats secondaires :

Le catholicossat de tous les Arméniens (à Etchmiadzine en Arménie). Avec juridiction sur l’Arménie et la diaspora. Aujourd’hui sa Sainteté Karekine II, 131e catholicos depuis st Gregoire l’Illuminateur.

Le catholicossat de la Grande Maison de Cilicie ( à Antélias au Liban), avec juridiction sur les diocèses de Syrie, Liban, Iran, Chypre, et des diocèses aux USA. Aujourd’hui sa Sainteté Aram Ier.

Le patriarcat de Constantinople, qui a juridiction sur la Turquie et la Crête.

Le patriarcat de Jérusalem, avec juridiction sur Israël, la Palestine et la Jordanie. Aujourd’hui sa béatitude Nourhan Ier. L’Eglise Arménienne est l’une des trois Eglises gardiennes des Lieux Saints dont le Saint Sépulcre, le Tombeau de la Vierge et la Basilique de la Nativité à Bethléem.

Le Patriarche suprême et Catholicos de tous les Arméniens qui siège à Etchmiadzine jouit d’une primauté d’honneur parmi les titulaires de ces sièges. Celui-ci est traditionnellement élu par un concile composé d’un collège ecclésiastique (un tiers des délégués) et d’un collège laïc (deux tiers des délégués).

L’Église arménienne compte aujourd’hui près de 8 millions de fidèles. L’Arménie d’aujourd’hui n’occupe qu’une petite partie de l’Arménie historique. La moitié de ses fidèles et les trois quarts de ses diocèses (trente sur quarante au total) se trouvent aujourd’hui hors des territoires historiques arméniens, répartis sur tous les continents.

https://www.chretiensorientaux.eu/apostolique-armenienne

 

Histoire de l’Eglise Catholique Arménienne

L’Eglise arménienne catholique partage la même histoire et le même héritage spirituel que l’Eglise Arménienne Apostolique. Elle est le fruit de la réflexion d’une partie de ses fidèles qui ont voulu garder leur foi dans la tradition arménienne, mais qui ont souhaité être en communion avec Rome. (voir la présentation de l’Eglise Arménienne Apostolique pour l’histoire commune)

Les deux Eglises ont un même rite, les mêmes prières, les mêmes chants religieux. Les célébrations de la Divine Liturgie sont très proches.

L’Eglise Arménienne Catholique a un fonctionnement indépendant de l’Eglise Romaine/Latine, mais est attachée à la congrégation des Eglises Orientales.

ordination petit

Le Synode de l’Eglise est autonome, c’est lui qui élit le Patriarche et  les évêques dans la zone patriarcale. Une reconnaissance de la nomination est faite par le Pape pour marquer la communion entre le nouvel évêque et le successeur de Pierre.  Pour la diaspora, le synode propose une liste de trois noms au Pape qui en choisit un et le nomme évêque.

Aujourd’hui, le siège patriarcal de l’Eglise se trouve au Liban au couvent de Bzommar (au-dessus d’Harissa), mais le Patriarche réside habituellement à Beyrouth dans le quartier de Geitawi.

Le chef de la communauté arménienne catholique porte le titre de « patriarche des Arméniens catholiques et catholicos de Cilicie ». Il porte traditionnellement le nom de Pierre.

Depuis le 25 juillet 2015, le Patriarche est sa Béatitude Krikor (Grégoire) Pierre XX Ghabroyan (ancien évêque des Arméniens Catholiques de France).

L’Eglise arménienne catholique est une branche qui s’est séparée de  l’Eglise Arménienne Apostolique. Une grande partie de son histoire commune avec son Eglise sœur. Elle partage la même histoire spirituelle, religieuse et humaine jusqu’au XVIIIe siècle.

Si les historiens s’entendent pour voir en l’archevêque d’Alep, Mgr Abraham Ardzivian le premier patriarche de l’Église Arménienne Catholique en 1740 (reconnu par le pape Benoît XIV en 1742), il existait des Arméniens Catholiques bien avant cette date.

Une fraction de l’Eglise Arménienne, dès le début, manifesta son attachement au Concile de Chalcédoine, restant ainsi unie à l’Eglise de Constantinople qui était en communion avec Rome jusqu’au schisme de 1054. Après pendant la période des croisades, des contacts ont été repris avec Rome. D’ailleurs les Catholicos Apostoliques de Cilicie furent en communion avec Rome entre le XIIe et le XVe siècle.

Ces fidèles étaient entre une Eglise Arménienne Apostolique qui ne voulait pas d’une reconnaissance du concile de Chalcédoine (et donc leur interdisait de prier dans ses églises), et une Eglise Catholique Latine qui voulait les latiniser (notamment par des missionnaires qui ne comprenaient pas leur particularité orientale). De plus, pour ceux qui habitaient dans l’empire Ottoman, ils subissaient  aussi une persécution par le pouvoir civil (d’où l’expulsion de l’abbé Mekhitar vers  Moré puis Venise – voir plus loin)

En 1740, Les Arméniens Catholiques sont présents, dans les territoires de l’Empire ottoman ( Constantinople, Alep, Mardin…), et en dehors de L’Empire Ottoman : Ispahan (Perse/Iran), Nakhitchévan, en Crimée, en Pologne, en Transylvanie (Roumanie aujourd’hui), en Italie. Ces Arméniens Catholiques étaient sous l’autorité de hiérarques et de missionnaires aux rites et de nationalités hétéroclites.

narek

Quelques dates :

1439 : Concile de Florence : Les émissaires du Grégoire IX Mousabegian, Catholicos de l’Église Apostolique Arménienne qui siège à Sis en Cilicie, acceptent l’Union avec l’Église romaine par le décret « Exsultate Deo » du 22 novembre 1439. Cette union ne dura qu’un temps bref.

1635 : passage de l’archidiocèse arménien de Lviv (alors dans la République des Deux Nations, aujourd’hui en Ukraine) dans la juridiction de Rome.

Fin du XVIIe siècle : passage des Arméniens de Transylvanie (alors sous domination des Habsbourg, aujourd’hui en Roumanie) dans la juridiction de Rome.

1700 : fondation de la congrégation des pères Mékhitaristes par l’abbé Mékhitar de Sébaste à Constantinople, puis transfert à Venise.

1740 : établissement du Patriarcat catholique arménien de Cilicie à l’initiative d’Apraham Ardzivian, par scission du Catholicossat arménien de Cilicie (et en 1830 : érection de l’archidiocèse Catholique Arménien de Constantinople).

Le Catholicisme Arménien existait avant la création d’une Eglise Arménienne Catholique constituée. L’initiative de Mgr Ardzivian consista à regrouper ces fidèles arméniens catholiques sous la houlette d’un seul pasteur.

Sa résidence patriarcale fut d’abord au Kreim, près de Harissa au Liban,  puis à Bzommar (sur la montage au-dessus d’Harissa) où son successeur bâtit un couvent et installa la première communauté ecclésiastique patriarcale. Ce monastère  fut par la suite un centre de rayonnement pour le Liban, la Cilicie, la Mésopotamie et l‘Egypte.

 colo sr arousiag

Une communauté qui rassemble environ 5% du total du peuple arménien

Les Arméniens catholiques ont des diocèses dans les pays du Moyen Orient, en Europe et sur le continent américain.

Les estimations les plus réalistes s’accordent autour de 400.000 fidèles répartis en Arménie et en diaspora, avec un fort ancrage proche-oriental (Syrie-Liban). Soit 5% de l’ensemble des arméniens à travers le monde. En Arménie, les catholiques vivent principalement dans le Nord (à Gumri et des villages aux alentours).

Dans l’Église arménienne catholique, il y a deux congrégations masculines, l’Institut du clergé patriarcal de Bzommar (Liban) et les pères Mékhitaristes (Venise et Vienne), et une congrégation féminine : les Sœurs arméniennes de l’Immaculée Conception. Le clergé diocésain est célibataire ou marié.

Mékhitar de Sébaste (1676-1749), un jeune prêtre arménien converti au catholicisme milite activement en faveur d’un renouveau culturel arménien.  A cause des persécutions, il se réfugie en Occident, fonde une congrégation, installe ses disciples, les Mékhitaristes, dans l’île de San Lazzaro, à Venise. Avec son imprimerie, cet ordre reste, jusqu’à aujourd’hui, l’un des foyers les plus brillants de la langue, de la littérature et des études arméniennes. Ce rôle culturel des Arméniens catholiques explique en partie les bonnes relations entre catholiques et chrétiens apostoliques arméniens.

khatchig petit

Aujourd’hui :

L’Eglise Arménienne catholique qui compte environ fidèles 450 000 dans le monde.

En 1960, grâce aux efforts du cardinal Aghajanian (1895-1971), l’Église arménienne catholique s’est constituée en France en exarchat apostolique grâce aux efforts du pape Jean XXIII, et l’évêque Garabed Amadouni en a été le premier chef spirituel jusqu’en 1970. De 1970 à 1976, son successeur le père Nighayos Kéhiayan a assumé cette charge, puis en 1977, c’est Mgr Grégoire Ghabroyan (né à Alep en 1934) qui a été appelé du Liban. C’est sous sa juridiction que fut créée le 30 juin 1986 l’éparchie Sainte-Croix de Paris des Arméniens catholiques, directement rattachée au Vatican et dont les locaux se situent dans le Ve arrondissement de la capitale française. Le 2 Février 2013, et sur proposition des Evêques de l’Eglise arménienne catholique, que Benoit XVI a nommé Monseigneur Hovhannès Teyrouziann Evêque de l’Eparchie de Sainte-Croix de Paris, en remplacement de Monseigneur Grégoire Ghabroyan, démissionnaire. Il a pris possession de sa charge d’évêque durant la Divine Liturgie qu’il a célébrée en rite arménien le dimanche 7 Avril 2013, en la Cathédrale arménienne catholique Sainte-Croix-de-Paris. sous la coprésidence de son Eminence le Cardinal Leonardo Sandri, Préfet de la Congrégation pour les Eglises Orientales et de son Eminence le Cardinal André Vingt-Trois, Archevêque de Paris et Président de la Conférence des évêques de France.

mgr teyrouz petit

La communauté rassemble environ 30.000 fidèles, avec des paroisses à Paris (cathédrale Ste-Croix), Arnouville (95), Lyon (69), Marseille (13), Saint-Chamond (42) et Valence (26). Sans oublier l’ancien couvent des Pères mekhitaristes de Sèvres, devenu le collège Samuel-Moorat.

Chaque 24 Avril, une messe de requiem est célébrée par les Arméniens catholiques à la cathédrale Notre-Dame de Paris. Divine Liturgie Catholique, mais aussi prière œcuménique qui rassemble autour de la mémoire des martyrs du Génocide de 1915, les Arméniens des trois Eglises : Catholique, Apostolique et Evangélique.

https://www.chretiensorientaux.eu/catholique-armenienne