Le COURS de L’HISTOIRE par Xavier Mauduit le 14 fév 2020 : « Codées et décodées, les preuves cachées du génocide arménien » entretien avec l’historien turc Taner Akçam sur France Culture

Le 12 décembre 2019, le Congrès américain reconnaissait le génocide arménien de 1915. Xavier Mauduit s’entretient ce matin avec l’historien turc Taner Akçam qui, muni de nombreuses preuves, réfute le négationnisme truc dans son nouvel essai « Ordres de tuer. Arménie 1915 » paru aux éditions du CNRS.
Écouter l’émission de France Culture du 14 fév 2020

Illustration issue de l'ouvrage de Taner Akçam "Ordre de tuer" : câble codé de Sükrü, directeur des affaires tribales et d'immigration, 25 septembre 1915
Illustration issue de l’ouvrage de Taner Akçam « Ordre de tuer » : câble codé de Sükrü, directeur des affaires tribales et d’immigration, 25 septembre 1915• Crédits : Taner Akçam, « Ordre de tuer, Arménie 1915 », CNRS éditions.

Il est des sujets qui portent à polémique, des moments de l’histoire qui imposent de peser chaque mot. Est-ce le cas avec « génocide arménien » ? En réalité, le mot génocide ne pose pas de question : il y a bien eu un génocide contre le peuple arménien, dès 1915, dans l’Empire ottoman, la Turquie actuelle. D’ailleurs, ce génocide est reconnu dans la législation de nombreux pays. Quant au qualificatif « arménien », peut-être faut-il plutôt dire « génocide des Arméniens ».
En revanche quand il s’agit de parler du « négationnisme turc », des questions se posent. Pas tellement pour « négationnisme », car il s’exprime de manière évidente depuis le génocide, avec une harmonieuse entente de la part des autorités quels que soient les régimes. La question tient davantage qualificatif « turc » : le négationnisme est-il turc ? Peut-il être associé à une nation, un peuple ? Ne serait-il pas plus correct de parler d’un négationnisme d’État, d’un négationnisme officiel de l’État turc ? Car quelques Turcs ont aidé des Arméniens pendant le génocide et il est des Turcs qui, aujourd’hui encore, portent un regard clair sur cette mémoire douloureuse.
L’historien turc Taner Akçam que nous recevons ce matin est de ceux-là. Ses travaux ne visent pas la division, la polémique.
Si Taner Akçam porte un regard clair sur ce passé, c’est pour la réconciliation : la réconciliation des Turcs avec les Arméniens, sans doute… la réconciliation des Turcs avec eux même, surtout.

https://www.franceculture.fr/emissions/le-cours-de-lhistoire/codees-et-decodees-les-preuves-cachees-du-genocide-armenien
Lecture par Camille André : Extrait du livre de Taner Akçam Ordre de tuer. Arménie 1915, CNRS éditions (pp. 233/234) : Communication secrète adressée par le ministère de l’intérieur au gouvernement principal d’Alep le 22 octobre 1915