Où en est l’école de Charentsavan ?

Compte rendu de l’action de Planète Écoles par François Cropsal

L’année 2020 aura été terrible pour le peuple arménien. La guerre contre l’Azerbaidjan a fait plusieurs milliers de morts (pas encore tous décomptés) ce qui est énorme pour un pays de trois millions d’habitants.
Beaucoup de jeunes et donc beaucoup d’orphelins. L’école que nous soutenons en a accueillis.
Et puis la crise sanitaire a été un peu négligée pendant les combats. La situation redevient « normale ». Et le Pays s’en remettra. Il est depuis longtemps habitué aux pires des situations.

Des enfants de réfugiés de l’Arshak dans l’école de Charentsavan

Nous avons refait les sanitaires en 2018. Les travaux on été constatés par Mimi et moi. Du bon travail. Vous avez du voir les photos.
La tranche suivante (2019), c’était l’isolation intérieure et extérieure. Impossible de nous rendre sur place. Mais les photos envoyées par Karine Ohanian, la directrice sont réconfortantes, l’école est à labri et a résisté aux grands froids de cet hiver (jusqu’à -25° à Charentsavan !). Le devis a été un peu dépassé. Le Maire et l’équipe enseignante ont mis la main à la poche.
En 2020, Planète-écoles a pu financer la mise aux normes (locales) de l’électricité. Ceci grâce à des dons dédiés, Croix Rouge et particuliers. Nous les en remercions.

L’année 2021. Ça se complique ! On peut voir sur les photos « électricité » que les murs sont en très mauvais état. Il faudra les reprendre, les crépir et les peindre…Et nous savons que l’année passée a été difficile pour Planète-écoles, que l’année à venir est incertaine et que je souhaiterais finir la mission cette année.
Trois ans c’est bien, c’est un gros projet que nous finançons, quatre ans c’est long. Mais s’il faut y aller nous irons. Nous avons demandé un soutien au fonds arménien de France (FAF). C’est une grosse association mais elle est submergée par les demandes d’aide qui vont en priorité à l’humanitaire. Nous attendons la réponse. Je ne suis pas très optimiste. L’école est avertie de nos difficultés et les comprend très bien

J’oubliai. Notre mission sur place en 2020 avec Monique Tissinier  a été annulée. Mais nous espérons pouvoir nous y rendre cet automne.
François Cropsal